Un jour dans la vie d’un sauveteur de chauves-souris

0

Dans notre dernière mise à jour, nous avons partagé comment le docteur Mark Browning et son équipe de chercheurs sur les chauves-souris travaillaient fort pour découvrir où les petites chauves-souris brunes ont leurs bébés et où elles élèvent leurs petits pendant l’été. Cette année, on était chanceux et on a pu faire quelques excursions avec l’équipe de recherche sur les chauves-souris ! En avril, on est allés à un endroit secret près des chutes Niagara pour observer des chauves-souris qui émergent de leurs sites d’hibernation et, au mois de juin, on est allés près de Hamilton pour identifier et explorer un site de nids qui, supposément, a beaucoup de chauves-souris – et on a hâte de vous raconter tous les détails !

Les chutes Niagara : de vieilles mines et des grottes de chauves-souris

On est partis à pied pour le site tard dans l’après-midi. Quand on a fait notre premier arrêt, le site secret près des chutes Niagara, on a vu des rochers ultra cool. On a aussi vu une vieille mine et, à notre grande surprise, on a appris que c’est là où on s’en allait chercher les chauves-souris !

Une vraie grotte de chauves-souris !
Une vraie grotte de chauves-souris !

L’équipe a commencé à monter des pièges à harpe (qui sont des pièges à chauves-souris qui ressemblent à des harpes, au cas où vous ne l’aurez pas deviné !) pour capturer des chauves-souris volantes pour qu’on puisse les identifier, les tester pour le syndrome du museau blanc, puis les étiqueter et les libérer pour pouvoir les suivre à l’avenir. Ils ont aussi monté leurs caméras pour prendre des photos de chauves-souris qui émergent de leurs sites de nids, et l’équipe de Éco Héros avait leurs appareils photo prêts eux aussi, au cas où !

Le docteur Browning examine l'intérieur de la grotte.
Le docteur Browning examine l’intérieur de la grotte.

Une fois que tout était prêt, la partie excitante de l’excursion a commencé. On a attendu… et attendu… et attendu… mais aucune chauve-souris a émergé. Malgré le fait qu’on n’a pas vu de chauves-souris pendant cette excursion, l’équipe a monté des microphones pour enregistrer les cris des chauves-souris en utilisant ce site, une autre bonne façon de continuer à apprendre quelles espèces de chauves-souris utilisent cet habitat important.

Un microphone positionné dans un arbre pour enregistrer des cris de chauves-souris.
Un microphone positionné dans un arbre pour enregistrer des cris de chauves-souris.

Hamilton : des bâtiments abandonnés et des chauves-souris en mouvement

Après avoir quitté la mine, on s’est dirigés vers un deuxième endroit secret près de Hamilton pour examiner un nouveau site. L’équipe n’y était pas allée encore mais on avait dit au docteur Browning qu’il y avait beaucoup de bâtiments dans cet endroit que les chauves-souris pourraient utiliser comme site de nids pour avoir leurs bébés et y élever leurs petits. Alors, il était excité de le décourvrir !

L'équipe installe un piège à harpe près d'un site de nids potentiel.
L’équipe installe un piège à harpe près d’un site de nids potentiel.

Pour commencer, les pièges à harpe étaient montés près des sites de nids, tout comme dans la mine. Puis, on a divisé le groupe en équipes et chaque équipe avait la tâche d’attendre le coucher du soleil pour compter le nombre de chauves-souris qui s’envolaient des bâtiments tout près. Pendant qu’une personne dans l’équipe cherchait des chauves-souris dans le ciel, un autre membre de l’équipe utilisait un détecteur de chauves-souris appelé un hétérodyne qui permet à nos oreilles d’entendre des cris de chauves-souris autrement silencieux aux humains. Les hétérodynes, autrement connus comme « détecteurs de chauves-souris » peuvent aussi aider les auditeurs à percevoir la différence entre les espèces de chauves-souris variées, qui peut, par la suite, nous aider à savoir quelles espèces de chauve-souris utilisent ce site en particulier. C’est cool, non ?

Un membre de l'équipe tient un outil pour détecter les chauves-souris pendant que les autres observent le ciel à la recherche de chauves-souris volantes.
Un membre de l’équipe tient un outil pour détecter les chauves-souris pendant que les autres observent le ciel à la recherche de chauves-souris volantes.

À la fin de la nuit, une équipe avait compté 47 chauves-souris ! Malheureusement, aucune chauve-souris n’a été prise au piège cette nuit-là, mais depuis leur retour au site, beaucoup de chauves-souris ont été capturées, testées et étiquetées.


– Le docteur Browning et son équipe de sauveteurs de chauves-souris ont rapporté une autre excursion réussie. Bravo !

Faites votre part pour aider à protéger les petites chauves-souris brunes en commençant votre propre campagne Rescapez la nature ! dès aujourd’hui !

Appuyé généreusement par


 

transcanada_logo_small

Un projet de conservation en collaboration avec


Ontario_logo_small